Protéger ses yeux : Bien choisir ses solaires

b879eee7b35d2831f56971bb33a52106

Quand le soleil pointe le bout de son nez, on change petit à petit nos habitudes hivernales : on met un manteau plus léger (même si on sait qu’après 17h on va se les geler sévère) on se prélasse en terrasse à boire cafés sur verres de vin cafés ou bien, on ressort les incroyables lunettes de soleil que l’on a remisé (le coeur lourd) au fond d’un tiroir à la fin de l’été dernier. On se dit que ça y est, enfin, c’est l’heure. Il est temps qu’elles fassent leur grand come-back!

Mais est-ce-que ces petits bijoux sont réellement efficaces? Est-ce-que mes lunettes actuelles (ou les 8 paires sur lesquelles je vais craquer avant le mois de juillet) protègent vraiment mes yeux? Il n’est pas toujours facile de s’y retrouver.. Quelle catégorie? Quelle protection? Est-ce que la couleur du verre a une influence sur son efficacité? On est parti sur le terrain pour mener notre enquête. Questions et réponses :

Pour bien choisir ses solaires, que faut-il regarder en premier ?

Il faut tout d’abord regarder la catégorie. Il en existe 5 : de 0 à 4

× Catégorie 0 : Regroupe tous les verres blancs qui ne sont pas teintés ou très peu.

× Catégorie 1 : Les lunettes composées de verres de catégorie 1 sont conçues pour être portées par mauvais temps. Ils améliorent les contrastes et sont parfaits pour les faibles luminosités.

× Catégorie 2 : Idéales lors d’un temps variable (alternance entre soleil et nuages), les lunettes composées de verres de catégorie 2 sont à choisir pour des conditions de luminosité moyenne.

× Catégorie 3 : Cette catégorie de verre est la plus répandue. Les lunettes composées de verres de catégorie 3 sont conçues pour être portées par forte luminosité. Leurs teintes restituent la vision naturelle des couleurs.

× Catégorie 4 : Verres très foncés et réservés aux luminosités solaires exceptionnelles et très intenses : Idéal sous les tropiques par exemple. Attention, conduite interdite avec ce type de verres.

Concrètement, pour une journée playa ce sont les catégories 3 et 4 qui nous intéressent le plus. Elles protègent de 85% à 95% nos yeux des méchants UV.

Je connais les différentes catégories de protection, mais qu’en est il du confort?

Les ondes de lumière se déplacent dans toutes les directions : lorsqu’elles se réfléchissent sur une surface plane (eau, chaussée, neige, etc.), leur axe de vibration est modifié. La lumière dite “polarisée” est celle qui ne vibre que sur un axe horizontal. C’est elle qui provoque l’éblouissement.

Pour le confort et une amélioration de l’acuité visuelle, on choisira un verre polarisé. C’est un filtre qui élimine les réflexions dues aux surfaces réfléchissantes. C’est donc idéal quand on se trouve au bord de l’eau. A mater les MNS par exemple!

Et la couleur du verre? A-t-elle son importance?

Il existe plusieurs teintes de verres. Les plus répandues sont le BRUN, le GRIS et le GRIS VERT (teinte US). La couleur n’a en revanche pas d’influence sur la protection ; ce sera surtout une question de préférence et chacun sera libre de choisir la teinte qu’il lui convient le mieux.

Et si je craque pour une paire chez Mango, Monop’ ou Zara?

1) On n’a pas forcément le budget pour acheter LA paire chez l’opticien du coin et 2) la plupart de nos enseignes shopping favorites proposent de chouettes lunettes. Du coup, on vérifie que les solaires portent la mention CE (conformité européenne) et que la catégorie affichée ne soit pas inférieure à 3.

La paire trop belle est une catégorie 2?

Pas de soucis, mais elle sera plus adaptée à une luminosité de fin de journée. En gros, c’est une lunette d’apéro (celui de 18h hein, pas de midi!)

Les solaires, seulement à porter aux beaux jours?

La réponse est….non! Que ce soit en été ou en hiver, les rayons UV sont présents. Même par temps gris. D’ailleurs c’est à ce moment là qu’ils sont les plus dangereux pour nos petits yeux : il n’y a pas de soleil donc on a moins le réflexe de plisser les yeux. Résultat, les UV (UVA et UVB) passent à travers le cristallin et abîment notre rétine. Pas cool! En plus, porter des lunettes en hiver ça donne un côté hyper chic.

En résumé, on opte pour  une solaire de catégorie 3 minimun avec un verre polarisant (éventuellement une catégorie 2 pour les apéros #sunset face à l’océan). La mention CE est indispensable. Et on la porte toute l’année, été comme hiver!

Le conseil de l’opticien : 

On connait tous la galère des petits grains de sable coincés entre le verre et la monture.. Pour nettoyer sa paire de lunettes, on évite d’utiliser un bout de tee-shirt (si si tout le monde le fait). On la passe sous l’eau froide quelques instants puis avec un savon doux, on nettoie la surface. On rince à l’eau froide et on essuie avec une chamoisine ou une lingette microfibre. Si vraiment ce n’est pas suffisant, on sollicite son opticien (avec un graaand sourire) et on lui demande gentiment s’il peut s’en charger. Ils sont, pour la plupart, équipés d’un nettoyeur à ultrasons. Après quelques secondes dans un bain d’eau traversée par ces fameux ultrasons  les petites impuretés vont se décoller comme par magie!

Merci à  Thomas Bax, opticien-lunetier à Biarritz qui nous a reçu et a répondu à toutes nos questions

 

Illustration Joanna Baker

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s